langue-mere-1175001-616x0

La langue de ma mère / Tom Lanoye ; roman trad. du néerl. (Belgique) par Alain van Crugten. –  Paris : La Différence, 2010. –  ISBN: 978-2-7291-1924-9

4ème de couverte:

Frappée par une attaque cérébrale sur ses vieux jours, la mère de l’auteur perd sa langue: elle s’exprime désormais en un baraguin furieux et inintelligible, qui traduit son désespoir et sa colère d’être incomprise. Durant toute son existence, cette commerçante, bouchère à Saint-Nicolas, bourg de la province d’Anvers, a été actrice dans une compagnie d’amateurs. La langue était son instrument. Elle la maniait en virtuose au théâtre comme dans la vie où sa volubilité et son sens de la repartie, combinés à un caractère bien trempé et autoritaire, faisant d’elle un personnage haut en couleur et parfois redoutable.

Extrait, page 8:

Et j’aimerais vous avertir, lecteur. Si vous n’aimez pas les écrits qui reposent en grande partie sur la vérité et vous laissent imaginer les parties manquantes, si vous êtes déçus par les romans qui, de l’avis de beaucoup, ne sont pas des romans parce qu’il leur manque une tête convenable, une belle queue en panache et un tronc adéquat, et qu’ils n’ont pas, en guise de viscères, un récit proprement cohérent, et si vous êtes indisposé par les textes qui sont à la fois une lamentation, un hommage et un juron grinçant, car ils parlent de la vie même mais présentent en même temps un seul personnage, un parent chéri par l’auteur, alors… Alors le moment est déjà venu pour vous de fermer ce livre.

Advertisements